Quelques mois plus tard… et si…

Cela fait 4 mois que je ne suis pas venue écrire, une éternité mais en même temps 4 mois qui m’ont paru être des années!

J’ai appris début mai qu’une petite brindille de bonheur s’était nichée au creux de mon ventre. J’étais de nouveau enceinte. Enceinte de quoi? Enceinte pour de vrai? Je n’en savais encore rien mais on y croyait de toutes nos forces même si ma sagesse me rappelait à l’ordre très régulièrement. Mes dosages hcg étaient bons mais pour ma grossesse précédente c’était bon également. Ça ne voulait jusqu’alors rien dire du tout. 

Après un petit forcing auprès du secrétariat de ma gynécologue, j’ai pu obtenir une première écho à 7sa juste avant le départ pour un week-end mariage copains d’amour. J’y suis allée la boule au ventre en me disant qu’il n’y aurait rien pour ne pas être déçue. J’allais soit passer un super week-end soit être au fond du trou.

Ma gynécologue n’a pas trop fait durer le suspens, elle m’a sentie un brin stressée. L’écran s’est allumé et j’ai vu la vie, un cœur battre! J’étais enceinte d’un vrai embryon cette fois ci. On y était enfin après plus de 2 ans de doutes, de peur et avant le début de protocole iac.

C’est aujourd’hui le plus doux des articles que j’écris. Je ne réalise pas, je ne comprends pas ce qui m’arrive mais je suis enceinte de 18 sa et tout va bien. Je suis la plus heureuse mais aussi la plus peureuse. J’ai peur que tout s’arrête, j’ai peur de perdre ce qu’on a mis tant de temps à concrétiser. J’essaye de me détendre, je suis à 4 mois de grossesse, le plus critique est passé mais dans ma tête le « et si » est toujours présent.

Je commence à le sentir bouger, je ne peux plus le cacher ça c’est une certitude. 

Je pense bien évidemment à toutes celles qui n’ont pas encore pris le train, j’en ai la gorge nouée . Je ne savais ni comment le dire ni si je devais le faire maintenant. Je suis incroyablement chanceuse j’en suis consciente. Je n’ai pas eu à me piquer, je n’ai pas mis ma vie en suspens pendant les traitements, je n’ai eu qu’à douter pendant 2 ans… je suis bien trop chanceuse.

À tous mes amis, proches qui découvrent ma grossesse, ce n’est pas une annonce dans les règles de l’art, j’en conviens, mais c’est notre manière. On aime guère le protocole. Je vous rappelle que chaton et moi, nous nous sommes rencontrés au Canada pour se mettre en couple en Australie!! 

Nous habitons dans notre nouveau petit nid que nous faisons le plus douillet possible pour notre bébé qui naîtra en janvier!

Nous vous embrassons tous très fort!

Ps : it’s a baby girl 🤰❤️

Rdv psy

Dans la longue aventure iac, une des premières choses qui nous incombe est le rdv psy.  Au sein de mon centre pma, il est obligatoire (et non prise en charge à part par toi même) et la psychologue fait partie de la commission qui valide ou non le début du protocole. 

Pour ou contre ce rdv? Il y a débat forcément mais pour ma part je crois que c’est bénéfique. Bénéfique pour parler de ses angoisses pré protocole, pour démystifier l’ensemble et pour que chaque partie c’est à dire nous le couple et eux les « savants  » puissent évoluer ensemble sereinement.

J’ai pu pour la première fois parler de la froideur des gynecos rencontrés, de mon malaise face à ça, du manque d’information, du manque de soutien enfin bref du manque d’humanité quoi!

J’ai pu revenir sur ma pseudo grossesse, sur ma tristesse, sur ma douleur bref j’étais auto-centrée ce matin…

On a aussi abordé les points de « divergence » de notre couple, nos familles respectives, nos relations avec elles (puisque tout est lié forcément… 😌)

J’ai pu pour la première fois me dire qu’il fallait que je fasse confiance aux « savants », qu’ils savent mieux que moi ce qu’ils font et que si j’ai quelque chose à dire j’ai le droit de parler sans être prise pour une débile. 

On a donc trouvé ça profitable aussi parce qu’on s’est sentis à l’aise avec cette gentille dame! Ça joue tellement.

J’ai des contacts pour un osteo spécialisé dans l’infertilitė, d’un acupuncteur top paraît il. Il faut que je prenne soin de moi m’a dit la gentille dame. 

Tout ça  pour dire que la gentille dame est d’accord pour qu’on ait un bébé, troo sympa! Mais au fait, il y a déjà eu des refus?

On attend nos résultats de prise de sang. Prochaine étape le spermogramme mi mai, puis le biologiste tout début juin et la commission mi juin! 

Pendant ce temps, on rénove une maison donc pas le temps de penser, la commande des matériaux n’attend pas elle.

Des bisous 😉

S’armer de patience, de confiance, de pma attitude

Quand tout s’accumule ça donne une opération du chéri donc immobilisation forcée, un déménagement à faire sans lui, le travail bien évidemment, une annonce d’un début de protocole en pma, les travaux dans la maison à rénover, une grosse fatigue, des larmes qui coulent de déception, de fatigue, de nerf.

Dans ces moments, on se rend bien compte qu’on est pas aussi forte qu’on le prétend et du coup je me demande si je suis capable d’affronter un parcours pma parce que je sais bien que c’est loin d’être angélique… 

J’avoue que j’ai beau y penser, je n’arrive pas à accepter que j’entame un protocole. Je gardais secrètement espoir d’y arriver seule. Tout ça en fin de compte c’est une histoire d’ego, je crois pour ma part que je ne me sens plus totalement femme puisque je n’arrive pas à faire ce pour quoi je suis faite… échec. J’ai toujours eu du mal avec les échecs.

J’ai donc pris les rdv pour palier l’échec. L’accord préalable tms est signé par la sécu, nous allons voir la psy lundi prochain, le spermo se fera le 19 mai et le rdv biologiste le 2 juin… adieu commission de mai, bonjour l’attente. Je devrais y être habituée mais avec ça aussi j’ai du mal.

Bref je vais devoir trouver les clés pour être une bonne pmette.

Souhaitez moi bonne chance! 

Verdict

Le rendez vous que j’attendais depuis des mois est arrivé. Il a duré 15 minutes et j’ai l’impression que ces quelques minutes ont tout changé. 

Rien ne s’est passé depuis ma pseudo grossesse de juillet dernier donc ma gynécologue a très justement compris pourquoi je venais la voir, perspicace… elle m’a donc exposé mes options :

– iac alias insémination artificielle intra conjugale 

– fiv alias fécondation in vitro

Forcément on pèse le pour et le contre et ce en 15 minutes top chrono. IAC veut dire que le protocole est moins lourd, ça veut dire aussi que tes trompes, la partie « mécanique », fonctionnent ce qui n’est pas vraiment le cas pour moi mais ça veut dire aussi que je n’entame pas encore mon capital « fiv ». On tente et si par miracle ça fonctionne c’est cool sinon eh bien nous irons vers la fiv. Notre gyneco aurait fait le même choix que nous… amh (reserve ovarienne) ok même si mon âge est « charnière » dixit la gyneco… 32 ans dans 15 jours, j’ai envie de me pendre en entendant âge charnière…

Ce qui devait être un rendez vous espoir, youhouu les choix sérieuses commencent, eh bien non je ne le vis pas très bien. Pour moi ça veut dire que je ne sais pas faire d’enfant par moi-même, mon corps en est incapable, et ça veut dire aussi que je me lance dans un parcours dans lequel je n’ai aucune certitude, je ne sais pas si au terme je serais maman. Et rien que d’y penser… c’est aussi pour cette raison que je garde précieusement au chaud mes fiv. J’ai peur de ne plus en avoir et de faire une croix sur la parentalité donc je tente les iac même si je ne suis pas convaincue que ce soit le bon choix.

Donc voilà j’ai déjà pris rdv avec la psy, j’attends mardi pour appeler le biologiste, nous devons faire notre bilan sanguin puis le spermogramme pour chaton. Ensuite commission, je table sur juin puisque chaton vient de se faire opérer (acte 1) de calculs rénaux et l’acte 2 se déroulera le 4 mai donc faire un spermogramme après ça c’est moyen… donc adieu la commission du 10 mai.

Bref J’ai peur

Pendant ce temps…

Il y a 12 jours précisément nous avons signé pour l’achat de notre maison. Un boulot monstre nous attendait puisque nous avons flashé d’amour sur une maison qui possède 4 murs et des chevrons en guise de sol autant dire une presque ruine. 

Sauf que nous sommes des fifous et nous nous sommes lancés dans la destruction de ce qu’il restait de cette maison c’est à dire des plafonds, une salle de bain plus que vintage et une dalle dans la cuisine… ça ne paraît pas grand chose dit comme ça mais ça fait une bonne dizaine de tonnes de gravats sur 3 niveaux…

Moi sportive uniquement pour encourager devant la télé, j’ai eu mal dans mon corps, partout, dans les plus petits recoins. J’ai abandonné le vernis rouge kiko pour mettre des gants de chantier et pour protéger ce qui me reste de mains bref j’ai abandonné toutes formes de féminité.

Il va falloir que je la retrouve vite parce que dans un peu plus de 15 jours j’ai rendez vous avec la gynécologue pour passer la seconde et pouvoir je l’espère créer autre choses que des chambres d’amis même si je les chéris plus que tout hein! 

Autant vous dire que les travaux me stressent, que d’être propriétaire me stresse, que ce rendez vous me stresse bref ma vie en ce moment c’est de l’accomplissement bien évidemment mais c’est aussi la prise de conscience que la vie que je menais dans ma vingtaine, le célibat, la fête, les expériences à l’étranger même pas peur bref cette vie où je n’avais aucun engagement, c’était vachement canon et beaucoup moins stressant. Au revoir la vie de jeunette bonjour la vie d’adulte…

#jenaimepasvieillir

#laviedadultecestnul

#lamaisondubonheurquandmeme❤️

Propriétaires !

Hier nous avons acheté notre premier nid d’amour et nous sommes stressés mais heureux!

C’est une grande étape dans une vie d’amoureux mais c’est joli, j’aime bien. 

Quelques mois de travaux s’imposent avant de pouvoir y habiter, j’ai hâte !

Hier c’était mieux que Noël !

                                   ❤❤❤